La personne âgée

Modifié le 04 juin 2021

Famille :

Les concours de la FPT

Par Laurent Jeanmougin
Dernière mise à jour : mai 2016

1. Introduction et définitions

Le nombre de personnes âgées est en constante évolution. En France, l’espérance de vie est de 77 ans pour les hommes et de 84 ans pour les femmes,

L'Organisation Mondiale de la Santé et la réglementation française définissent une personne âgée à partir de 60 ans même si les problématiques de la gériatrie (pathologies, perte d'autonomie fragilité …) concernent relativement peu d'individus âgés de 60 à 70 ans.

Le vieillissement correspond à l’ensemble des dégradations de l’organisme apparaissant avec l’âge.

La vulnérabilité - plus que l'âge de l'état civil - aide à mieux cerner les personnes qui relèvent de la gériatrie. L'entrée dans la vieillesse ne se réfère à aucun âge particulier mais à un état d'incapacité fonctionnelle

En France on parle de « quatrième âge » ou des « grands seniors » pour désigner les personnes d'un âge très avancé (plus de 80 ans), le terme de « senior » étant plutôt réservé aux sexagénaires et septuagénaires (le « troisième âge » ), voire aux quinquagénaires pour le monde du travail.

Le « quatrième âge » correspond à la période d'accélération de la dégradation physique ou cognitive, au seuil à partir duquel l'individu ne peut plus vraiment vivre de façon autonome, ayant de plus en plus besoin d'aides à domicile pour effectuer les corvées ménagères et les tâches du quotidien

2. Le vieillissement

Les mécanismes du vieillissement sont liés à :

  • Une diminution du nombre des cellules fonctionnelles (ce qui se traduit par le dysfonctionnement de certains organes)
  • Une perte d’efficacité des mécanismes de réparation (le renouvellement cellulaire fonctionne au ralenti)

Le vieillissement entraine alors la diminution :

  • De la force musculaire (difficulté de la marche)
  • Des capacités respiratoires, cardiaques, digestives
  • De l’acuité des organes sensoriels (vue, ouïe …) et de la mémoire

D’un point de vue psychologique, le vieillissement entraîne généralement :

  • La perte d’autonomie, avec des limitations dans l’accomplissement des actes de la vie quotidienne
  • Les difficultés d’adaptation, l’isolement, le repli sur soi, la perte de l’estime de soi …

3. La dépendance

  • La dépendance, c'est ne plus pouvoir assumer seul les actes primordiaux et essentiels de la vie courante, se laver, s'habiller, se nourrir, se déplacer...
  • Régis Gonthier, gériatre et membre de la Caisse Nationale de Solidarité pour l'Autonomie (CNSA), préfère parler d' "altération de l'autonomie", autrement dit de « l'impossibilité ou (de) la difficulté durable d'accomplir seul et sans aide les gestes de la vie quotidienne et de participer normalement à la vie sociale ».
  • L'État, pour sa part, a élaboré une grille d'évaluation des différents niveaux de dépendance appelée AGGIR (Autonomie Gérontologie Groupes Iso-Ressources). Cette grille permet le classement en six groupes appelés GIR. Les groupes vont de l'état d'autonomie (GIR6) à un état de dépendance lourde (GIR1).

L’entrée dans la dépendance se traduit par :

  • La dépendance physique : Elle est liée à un handicap physique, La personne a besoin de quelqu’un pour l’aider à accomplir les actes ou gestes de la vie quotidienne (se lever, se laver, faire les repas, s’habiller).
  • La dépendance psychologique : Les difficultés et les altérations mentales sont très variables d’une personne à l’autre et ont des causes variées, dont certaines peuvent être traitées et d’autres pas,

4. Les formes d’aide à la personne âgée

L’aide apportée peut être effectuée sur différents niveaux :

  • Niveau relationnel : l’écoute et l’aide apportée (notamment par les agents sociaux) jouent un rôle très important, notamment pour éviter l’isolement, ainsi que le maintien de certaines activités ou loisirs (sorties, rencontres, club du 3ème âge…)
  • Niveau matériel :
    • Maison de retraite, foyer logement
    • Les prestations sociales financières (APA…)
    • Les services d’aide et de soins à domicile (portage de repas, SSIAD, téléassistance, HAD…)
  • Niveau juridique : Des mesures de protections juridiques sont envisagées lorsque la personne âgée ne plus capable de gérer ses biens ou de se protéger, Il existe différents niveaux de protection juridique comme la tutelle ou encore la curatelle, mesure moins contraignante.

Auteur :

JEANMOUGIN Laurent

Thématique(s) :

Groupe :

Concours de la FPT

En savoir plus ? Découvrez les contenus associés à cette fiche

Tags:
Créé le 14 juin 2019
 
© 2017 CNFPT